On vous reçoit parce que vous avez insisté !

Publié le par collectif-eae

Voilà un titre d'article (issu des propres propos de Madame Neyrolles - Délégué territoriale de l'ARS pour la Loire Atlantique) qui résume bien notre rencontre d'hier avec les représentantes de l'agence régionale de Santé.

 

Cette rencontre à malheureusement été conforme à nos craintes.

 

Madame Neyrolles ne nous a laissé que très peu d'espoir de voir la situation de nos enfants évoluer rapidement. Elle nous a indiqué que l’ARS ne disposait d’aucun budget pour répondre à nos attentes et que l’attribution des budgets était du ressort de la CNSA.

 

Lorsqu'on lui a indiqué que justement la CNSA venait de publier ses comptes avec un excédent de plus de 230 millions d'Euros, elle nous à affirmer ne pas avoir connaissance de ces excédents.

 

A en croire les propos de cette haute fonctionnaire en charge des questions de santé, elle n'aurai aucun pouvoir sur la politique de santé du département.

 

Pire encore, lorsque l'on a cherché à comprendre comment avait été élaboré les arbitrages budgétaires pour 2012, elle nous a indiqué que les priorités budgétaires de L'ARS pour la Loire Atlantique avaient été fixé en fonction du nombre de courriers de doléances que l’ARS avait reçu sur chaque sujet (c'est ainsi qu'elle justifie que près de la moitié des ressources budgétaire pour 2012 pour la Loire atlantique sera attribué au développement de l'offre en faveur du répit des aidants naturels).

 

Enfin elle nous a explicitement confirmé qu'en cette année de grande cause Nationale pour l'Autisme, aucune action spécifique conforme aux recommandations de la haute autorité de santé n'était prévu dans notre département.

 

Loin de nous rassurer, tous ces arguments nous ont conforté dans notre ressentie que la situation de nos enfants est moins liée à un quelconque problème administratif ou budgétaire, qu’à un choix délibéré de leur refuser l'accès aux soins.

 

Enfin, lorsque l'on a évoqué les suites judiciaires que cette fin de non-recevoir allait certainement nous contraindre à mettre en œuvre, Madame Neyrolles nous à alors sèchement répondu : « Saisissez le Procureur de la République, il est là pour ça ! ».

 

C'est seulement en fin de réunion, lorsque les membres de notre collectif, meurtris par tous ces propos, n'ont pas pu s'empécher d'afficher leurs émotions que Madame Neyrolles semble avoir pris quelque peu conscience de notre souffrance, et qu'elle s'est enfin engagé à répondre à nos doléances par écrit d'ici la fin de semaine prochaine.

 

En ce qui nous concerne, n'ayant rien à perdre,  nous restons déterminé à continuer sans relache à nous battre pour nos enfants.

 

Pour commencer, et sans attendre la réponse écrite de L'ARS, nous avons décidé de saisir Monsieur le Premier Ministre ainsi que la Ministre de la Santé.

 

De plus, compte tenu du mode de choix de priorisation des actions de l'ARS qui nous a été exposé, nous demandons a chaque personne sensible a notre cause d'écrire directement a l'agence régionale de Santé.

 


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article